sabato 27 giugno 2009

Journal intime 15

Journal intime d'un économiste en crise 15

Bernard Maris, Dimanche 21 Juin 2009 22:22

Retraites

« La retraite à 67 ans » (Hortefeux). Pourquoi ? Parce que le déficit de la Sécurité Sociale, 7.2 milliards d’euros pour la branche vieillesse. Le trou de la Sécu. La dette. L’horreur. En vérité, rapporté aux 295 milliards d’euros de la Sécu, c’est peanuts. Nada. Soyons bons princes, ajoutons à ces 7.2 milliards d’euros, le déficit de la branche maladie, en faisant l’hypothèse que seuls les retraités sont malades (5 milliards). Au total, 12.2 milliards, toujours peanuts. Supposons que la part des salaires dans le PIB de la France augmente un petit peu, un tout petit peu, 1 point seulement : le déficit de la Sécu est largement payé. Autrement dit pour assurer les retraites, lesquelles sont payées largement les cotisations sociales sur salaires, il suffit de payer un peu mieux les actifs.
Mais il est vrai que l’espérance de vie augmente. Faut-il pour autant obliger les salariés à partir à 67 ans ? Et qui partira aussi tard ? Les plus pauvres évidemment, qui n’ont pas de patrimoine, qui ne peuvent pas faire autrement. Les riches, qui vivent 7 ou 8 ans de plus que les pauvres, partiront. L’idée d’Hortefeux est tout simplement lamentable.
Maintenant : supposons que le chomâge diminue. Un chômeur de moins égale un cotisant de plus et un « entretenu de moins ». Tout bénéf. Mais qui a intérêt à ce que le chômage ne baisse pas trop, sinon les salaires augmenteront ?
Et supposons que l’immigration augmente : plus de souci d’équilibre actifs inactfis, puisque les migrants sont des salariés jeunes. Il est vrai qu’un système de retraite par répartition qui fournit des retraites de plus en plus substancielles aux retraités est un système « Madoff » : de plus en plus d’entrants (une base de la pyramide de plus en plus large) pour que de plus en plus d’actifs

Nessun commento:

Posta un commento